Micheline Couture à Radio-Canada

Entrevue à l’émission Bon pied, bonne heure ! avec Isabelle Lévesque
3 novembre 2020
ICI Radio-Canada Première

Des estampes à découvrir au Musée de la mer
Graveur de formation, l’artiste en arts visuels Micheline Couture, qui partage son temps entre Montréal et les Îles-de-la-Madeleine, crée des estampes numériques dans des petits formats depuis maintenant plusieurs années. Elle présente des échantillons de diverses séries produites au fil des ans dans son exposition MINIPRINTSEstampes numériques, en cours au Musée de la Mer, aux Îles, depuis dimanche dernier. On l’accueille pour en discuter.

 

Pour écouter l’entrevue radio, cliquez ici.

« Quelle planète », 2019, estampe numérique, tirage 2/3, 15 x 15 cm

Miniprints | Musée de la mer

1er novembre 2020 au 21 février 2021
21 estampes de Micheline Couture


MUSÉE DE LA MER
Havre-Aubert, Îles-de-la-Madeleine

www.museedelamer-im.com

Depuis une dizaine d’années je m’intéresse à l’estampe numérique suivant ma formation de graveur et ma pratique de la sérigraphie sur tissus. L’image est créée à l’écran et imprimée sur le même papier d’archive muséale que les eaux fortes ou les lithographies traditionnelles. Les tirages sont limités selon la norme de la gravure, à trois ou cinq exemplaires en ce qui me concerne. Je participe ainsi tous les ans à des expositions collectives de gravures ou de miniatures appelées MINIPRINTS dans divers pays comme la Bulgarie, l’Espagne, le Japon, le Portugal et au Québec à la Biennale de miniatures de Ville-Marie, à Ottawa à la galerie Voix visuelle.

Cette production a débuté à la suite d’une invitation en 2006 de participer à la Biennale internationale d’art miniature du Témiscamingue de la Galerie Rift, à Ville-Marie au nord du Québec. Par la suite j’ai reçu nombres d’invitations de la part de galeries dédiées à la gravure pour des expositions collectives de MINIPRINTS adressées à aux artistes professionnels de leur pays et à l’international. Ces événements peuvent réunir les oeuvres d’artistes professionnels, issus d’ateliers de gravures de nombreux pays. J’ai apprécié le mode de diffusion rendu possible par mon site Web qui réduit les distances, le mode de production économique de miniatures postées à peu de frais, et surtout l’effet de stimulation de ces projets d’exposition qui confrontent mon travail avec la qualité des œuvres de graveurs internationaux.

Pour le Musée de la Mer je propose l’accrochage d’une sélection des ces estampes numériques qui ont été vues dans de nombreuses galeries. Mes images, depuis la trentaine d’années que je réside à moitié aux Îles, contiennent pour la plupart une émotion singulière ressentie devant les lumières, les matières, les espaces sous le vent des îles. La mer est omni présente, avec le grès rouge, le sable, les foins de dunes. Les plages en fin d’après-midi m’ont aussi rappelé le sort cruel des rescapés fuyant l’Afrique en Méditerranée.

J’aurai encore beaucoup à dessiner de mon expérience d’insulaire confrontée chaque hiver aux grisailles de la ville. Le cadre de diffusion des MINIPRINTS convient à la fois à mes connaissances de la gravure, à mon expérience de la technologie numérique et à mon grand âge où je maintiens l’énergie et le désir de produire.